Tous les mêmes !

Les années passent, les amants aussi et ça, on s’en fiche un peu… ce qui est moins drôle, c’est la succession d’hommes qui vous a trompé, manqué de respect, dévalorisé qui s’accumulent.

Il y a eu Victor qui a oublié de vous dire qu’il est marié… Ben quoi ? Après tout, vous ne lui aviez pas demandé !

Cédrick, lui, est venu un matin vérifier qu’il est bien le seul dans votre vie avant de disparaître et de vous laisser une IST. C’était histoire de mettre de l’ordre dans ses multiples amantes : les contaminées à bannir et les non-contaminées à garder. Mais ça, vous l’apprendrez plus tard d’une connaissance qui a subit le même sort que vous.

Puis Jean-Jacques, le mec que vous entretenez et qui vous remercie en vous humiliant dès qu’il en a l’occasion en public. « Regardez comme ses jolies cuisses se touchent… et pourtant, ce soir on fait raclette !! Ah je l’aime ma femme ! Même avec toute cette cellulite attention ! »

Christophe, un ami en premier lieu, qui s’était confié pendant des années sur sa façon de « gérer » ses conquêtes… « Elles se plient toutes à mes exigences ! Je ne fais rien, je suis plutôt un bon parti alors ça fonctionne. Je ne dépense pas un sou, elles prennent l’avion, le train pour venir à moi… et moi, je me vide les couilles ! » Vous subirez le même traitement, plus tard, quand les sentiments amoureux sont apparus.

Rodolphe souhaitait un enfant de vous, mais il a « oublié » de dire qu’il voulait aussi un enfant de Joceline, Marie-Ange et Franciane durant la même période.

Alain voulait absolument vous imposer ses pratiques sexuelles toujours très portées sur votre bouchon d’évacuation peu pas du tout réactif.

Et cetera, et cetera, et cetera…

Alors là y’en a marre ! Vos copines et vous faites le triste constat en additionnant vos histoires amoureuses : « Ils sont tous pareils ! Tous des connards sans coeur qui abusent de votre gentillesse, votre dévouement sans faille et vos faiblesses ! »

Derrière cette amertume et les regards encore humides de vos soeurs de coeur, vous ressentez bien qu’il y a quelque chose qui cloche. Vous décidez d’en parler à votre grand-mère dès le lendemain : « C’était mieux avant mamie ! Ils étaient différents ! »

Elle répond calme et bienveillante : « Tu souhaites que les hommes que tu attires soient différents, alors que toi tu restes la même… »

hmmm mamie tient quelque chose là…

Vous rentrez, un peu perturbée… jamais vous n’aviez vu les choses sous cet angle. La gentillesse, vous gardez ! Mais le dévouement et les faiblesses sont désormais à travailler !

Vous vous sentez déjà bien mieux après cette décision. L’autre n’est plus au centre de vos préoccupations, c’est vous qui l’êtes. Si ces messieurs ne veulent pas changer, c’est vous qui le ferez.

Psssiiiit ! Par ici Kokofiolo : si on aime, on partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.