Le fétichiste

Aujoud’hui c’est l’anniversaire de votre célibat… deux ans.

Sous votre oreiller, votre vibromasseur « René 3000 » vous rappelle qu’il est temps d’agir… sans quoi, c’est le burn out foufounal assuré.

Il y a bien quelques prétendants, mais vous n’avez pas envie de nouveauté : trop d’énergie dépensée pour une surprise qui, plus souvent que rare, sera mauvaise.

Et puis surtout, à même pas une demi heure de chez vous, il y a LE doctorant en coït démentiel option art du doigté ET art de la dégustation clitoridienne.

C’est un ancien amant qu’il a fallu cesser de voir pour des raisons plus que raisonnables… mais la demoiselle à la naissance de vos cuisses s’en fiche complètement ! Elle réclame autre chose que son régime habituel à base de silicone à piles et d’imagination.

20h45, vous n’êtes pas fière : vous voilà chez lui après 7 ans de séparation.

Toujours la même senteur Ylang-Ylang, un appartement irréprochable qui vous rappelle qu’il est maniaque et pointilleux.

Il vous propose un verre, vous acceptez. « Tu n’as pas changé » dit il en tendant un verre d’Amaretto, votre liqueur préférée. Il n’a pas oublié.

Installée confortablement sur le fauteuil, vous observez l’homme qui détient le trophée du meilleur amant de votre vie. Vous vous souvenez qu’il était plutôt du genre nomade : les fauteuils, la table, le lavabo, la douche, la moquette, le lit, la cuisine (certains fruits, légumes) … c’était un délice.

Il s’approche, prend un coussin, s’agenouille et commence à masser vos pieds.

Tiens, ça c’est nouveau !

Il vous regarde, cela vous plait. Vous discutez en même temps. Détendue, vous racontez votre dernier voyage au Mexique tête levée au plafond comme pour mieux vous remémorer les faits. Vous minaudez, vous faites la belle…

Tout à coup, vous sentez votre gros orteil droit chaud et humide. Vous redressez la tête… il l’a gobé.

Sa ka rivé ti boug la ?!

Votre bouche s’ouvre pour exprimer votre mécontentement, mais c’est un gémissement qui s’y échappe.

Une décharge de plaisir s’empare de vous. Impossible de comprendre ce qui se passe. N’ayant plus aucun contrôle, vous le regardez habiller un pied puis l’autre de ses lèvres. Vous vous tordez de gauche à droite, agrippée au fauteuil vous vous sentez défaillir.

Ce n’est pas seulement votre mandarine qui réagit… c’est l’ensemble du corps, l’épine dorsale, le cuir chevelu, vous frissonnez… vè a jiss chapé ! Trop d’émotions !

Ses bras vous portent jusqu’à sa chambre en un éclair. Il vous allonge, place vos deux bras au dessus de votre tête et… savoure vos aisselles.

Vous avez honte de vous laisser faire, vous trouvez cela répugnant, inimaginable et tellement bon…

Peut-être avait-il mis quelque chose dans votre verre…  mais ce soir là vous lui avez attribué un nouveau diplôme : licheur pwofessionnel de tout’ bagay’ !

C’était du jamais vu ! Etiez-vous tout à coup une adepte du fétichisme ? Il est vrai que vous ne regardiez plus vos pieds ni vos aisselles de la même façon ! Plus jamais vous ne les négligeriez.

Plus tard, il vous expliquera qu’à 47 ans il accepte mieux sa podophilie depuis quelques mois et développe un intérêt pour les aisselles avec un début de repousse.

Vous rentrez chez vous perturbée. Vous qui étiez persuadée de vous connaître parfaitement, vous vous découvrez de nouveaux intérêts… et pas des moindres ! Vous irez en parler à Jeanette votre voisine, mais avant, il vous faut comprendre : direction Google !

Qu’est-ce qu’un fétichiste ? C’est un individu qui ne prendra du plaisir que grâce à son fétiche.

Le fétichisme longtemps qualifié de déviance sexuelle, de perversité, tend à se démocratiser.

Nous sommes tous un peu fétichistes. Oui, oui ! Que dire d’un homme qui trouve une belle paire de fesses indispensable ou d’une femme qui ne peut assouvir son désir qu’avec un homme aux abdos dessinés ? Vous l’aurez compris, les codes de la société pèsent beaucoup dans l’acceptation de certains fétiches. Certains sont considérés comme étant une norme et d’autres sont encore décriés.

Quant aux zones érogènes, elles existent à des degrés d’intensité différents et c’est à nous de les découvrir. Une partie est évidente et commune à tous, l’autre est cachotière et il faut user de curiosité pour la débusquer.

Bref, créez vos propres règles.

 

Psssiiiit ! Par ici Kokofiolo : si on aime, on partage !

2 pensées sur “Le fétichiste

  • 20 octobre 2017 à 22 h 52 min
    Permalink

    Mesdames je ne sais pas si AVEC UNE belle mycose au pied il serait si fétichiste :-)))
    En tout tu gagnerais à rencontrer Tony delscham. Vous avez la même plume.

    Répondre
    • 21 octobre 2017 à 5 h 01 min
      Permalink

      Je suis morte de rire en lisant votre commentaire ! Ah la mycose c’est certain que ça ferait moins envie !
      Tony Delscham ! il est tellement exceptionnel… oh j’espère au moins accrocher autant le lecteur que lui avec ses oeuvres littéraires, même si le domaine n’est pas le même 😉 Merci

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *