Je me masturbe, donc je suis !

Il est 18h52, vous venez de passer tout un après-midi avec Albert, bel apollon, rencontré à la salle de sport.

C’est son jogging gris, moulant son superbe manioc, qui a définitivement su vous convaincre… il y avait de quoi faire là, après l’avoir limé (rapé), quelques belles et grandes kassavs.

3h09 de performance… vous avez limé avec foi, dévouement et patriotisme. Albert est à l’écoute, déterminé et dynamique… vous êtes admirative !

Mais au final… beaucoup de mousse, très peu de champagne… la magie n’a pas eu lieu, vous vous contenterez de rentrer déshydratée et courbaturée. Le bon côté est que vous n’irez pas à la salle avant un moment, le quota « dépense physique » de la semaine étant atteint. Le foufounomêtre, lui, annonce un quota « satisfaction » dans le rouge.

Assise sur votre canapé, un verre de vin blanc à la main, vous laissez la télé vous regarder tout en réfléchissant.

La fente de votre paréo noué autour de votre buste s’ouvre et laisse apparaître votre corps délicatement parfumé à l’huile précieuse pailletée. La lumière tamisée révèle vos courbes demandeuses… vous ne pouvez pas entamer votre week-end ainsi !

C’est dans votre armoire, à côté de votre lingerie fine que vous rangez un petit coffre qui renferme quelques mignardises destinées à votre demoiselle.

En tout trois objets, tous offerts par des copines lors de vos anniversaires.

Vous avez toujours voulu les utiliser avec un partenaire. Malheureusement, le dernier à les avoir vu n’a pas trouvé cela utile…

Seule alors ? Mais comment s’y prendre ? Vous trouvez cela étrange de faire la bagatelle seule… sans personne avec qui partager ce moment. Pourtant vos amies semblent tellement bien se débrouiller. Certaines ont même des jours tagués « plaisirs solitaires » alors qu’elles sont en couple.

Vous soupirez de désespoir, l’envie est trop forte, vous lâchez prise : après tout, qui ne tente rien n’a rien ! Vous en saisissez deux : la plume d’autruche pour se maintenir à bonne température et le « Little René 3000 » adapté aux petites faims.

Vous vous sentez d’humeur câline et la plume agitée par votre main habille réveille frissons, soupirs et torsions incontrôlées. C’est en remontant le long de votre jambe droite que vous finissez avec une langoureuse, lente et unique caresse le long de votre fleur. Vous êtes ailleurs, la respiration est profonde, les battements de votre cœur résonnent…

Le majeur et l’annulaire gauches entourés de vos lèvres humides encore maquillées, vous saisissez Little René de l’autre main. Fidèle, brave et solidaire, il suit l’amplitude de vos mouvements jusqu’au… Pop ! Champagne !

Quelle surprise ! Vous ne pensiez pas y arriver seule. Vous aviez bien tenté une fois avec vos mimines mais le contact était trop franc et vous a vite refroidit. Ce qu’il y a de perturbant, c’est qu’en présence d’un amant, rien ne vous arrête ! Alors pourquoi ne pouvez-vous pas simplement prendre soin de vous en accédant aux plaisirs solitaires ?

Cet acte encore tabou chez les femmes rend parfois l’approche difficile. Il y a d’ailleurs autant d’approches possibles qu’il y a de femmes. Masturbation par frottement, par pénétration, par vibration, cérébrale, à deux, seule, seule en étant en couple… la liste est longue !

Mieux se connaitre, prendre conscience de son corps, connaître d’autres zones que celle du clitoris, apprendre à mieux respirer pour atteindre l’orgasme sont quelques bienfaits que la masturbation peut apporter aux femmes si elles acceptent de prendre rendez-vous avec elles-mêmes.

Simplement… aucune caresse n’est honteuse.

 

Psssiiiit ! Par ici Kokofiolo : si on aime, on partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *