Il était une fois, une antillaise en Guyane

Bel bonjou !

Voici l’article que vous attendiez avec impatience !

Après mes péripéties professionnelles, beaucoup pensaient que j’allais être carrément dégoutée par ma destination et ne jamais vouloir y remettre les pieds… faux ! Vous savez quoi, deux choses m’ont perturbé : mon premier emploi ici en HAD et la difficulté du logement.

En effet, après un mois au Centre Hospitalier de l’Ouest Guyanais, je peux dire qu’un employeur stable et organisé ça change tout ! Côté logement : à St Laurent j’ai connu 5 logements + 1 à Maripa-Soula en 3 mois… ça fait beaucoup ! Les loyers sont assez chers : environ 300/400euros par mois pour une chambre en collocation.

Socialement, ce fut l’une des plus belle expérience humaine que j’ai vécu.

Il est vrai qu’on se sent vite seul quand on vient sans famille et qu’on ne connait personne… mais vous savez quoi ? Il suffit de le dire aux collègues, aux gens que vous croisez et c’est réglé ! J’ai reçu de l’aide à chaque fois que j’en ai eu besoin (pour trouver un logement ou encore avoir un moyen de locomotion). On m’a volontiers montré tous les coins et recoins de la ville. A partir des réseaux sociaux beaucoup de Guyanais m’ont encouragé et accompagné dans mes recherches afin de maintenir le cap.

Vous avez été nombreux à me dire « mais comment tu fais pour rester ? Moi je serais déjà rentré ! »… Ce qui se passais en dehors du travail était tellement riche en rencontres, en brassage culturel, en beauté de la faune et la flore, en variétés culinaires que je voulais rester malgré tout.

Je vous le dis l’écris : moi, je suis conquise !

Chers Guyanais, vous êtes fichu, je vais crier à la terre entière que la Guyane c’est le pied… et on va vous envahir joyeusement !

J’ai vu moins d’1 dixième de chez vous, voici ce que j’en retiens, l’essentiel selon moi :

(Vous excuserez la qualité des photos… comme souvent, je suis occupée à vivre les choses avant de les prendre en photo -_-‘ )

Cayenne

Le marché est un délice pour le yeux et les papilles ! Entre les fruits, légumes et l’artisanat on a l’embarras du choix pour se restaurer après nos achats, direction le marché couvert et laissez-vous simplement guider par les senteurs.

Sinon, il y a à l’extérieur le « Snac Soleil » tenu par Mimi (en face du marché couvert, côté restaurants). Demandez autour de vous, les commerçants connaissent bien. Merci à Soutinie pour cette recommandation ! J’y ai découvert le jus d’avocat… excellent (5/5 à la cocotation* !).

 

* pour les nouveaux, la cocotation est l’échelle d’évaluation utilisée pour noter les diverses spécialités culinaires

Et après, faites un tour dans la ville. Pour les amoureux de belles portes comme celle derrière moi, il y a de quoi faire de très belles photos.

Montjoly

Anse de Montabo (Cocosoda plage)

Elle n’est pas bleu ! Et alors ?! L’eau était chaude et j’avais l’impression d’être sur des côtes africaines. J’ai adoré.

Le poisson bouilli du restaurant TANG

Cocotation : Le nom ne fait pas envie, mais avec une amie qui s’y connait, on comprend vite que c’est incontournable !

Matoury

Fish Style

Cocotation : tout les produits proposés sont frais et locaux. Mention spéciale pour le burger au poisson !
La brochette… l’assaisonnement de la brochette de poissooooon !

Cacao

Le dimanche direction le marché de Cacao ! Prenez le temps de vous arrêter au point de vue sur la route 😉

Sur place, j’ai bu le meilleur Nam Van de la Guyane selon moi ! Qu’est ce que le Nam Van ? Je vous invite à le découvrir plus bas.

Le marché de Cacao est tenu par la communauté Hmong. Cette communauté à trouvé refuge en Guyane vers les années 70. Venus du Laos, ils ont amené avec eux leur culture qu’ils expriment à travers entre autres l’artisanat et la cuisine sur ce marché essentiellement.

Il y a également le musée des insectes que je n’ai malheureusement pas eu le temps de visiter.

En pratique ça donne ça !


Cayenne – Saint-Laurent

La route entre Cayenne et St Laurent est pour moi une étape incontournable afin de s’imprégner de la biodiversité. Une route noire bordée de terre rouge et une nature immense et belle… voilà ce qui vous attend. Moi j’étais comme une gamine, je me suis émerveillé à chaque changement « d’ambiance », plus sec, plus humide, plat ou montagneux c’était génial. Long, certes (3H45), mais beau.

Je précise que j’ai respecté les 80km/heure ! … la première fois en tout cas

Mana

A ce stade de l’article, vous avez tous comprit que la Guyane me tient bien par le ventre ! Eh bien, ce n’est pas fini ! Et attention, je suis particulièrement exigeante en saveur, donc les 5/5 sont vraiment mérités, il n’y a aucun collaboration à vous faire avaler.

Le Buffalo

Saint-Laurent

Le marché de Saint-Laurent (mercredi et samedi). Quelle bonne surprise de découvrir les soupes vietnamiennes dans le marché couvert ! Il y a aussi un excellent rôti qui y est vendu (essayez le végétarien!). Ah oui côté jus local, le jus de cupuaçu et de wassaï : essayer c’est l’adopter !

Ce jour là, j’ai découvert le pangui : une pièce de tissu portée par les femme ici. J’ai tout de suite craqué !

Alors il est sympa mon pangui ?

La forêt de St Jean et la crique aux serpents sont deux lieux à voir également. Je n’ai malheureusement aucune photo correcte à partager ici, mais croyez moi sur parole : j’y ai passé une de plus belle journée de mon séjour.

Pour les craintifs, je n’ai pas vu de serpents… juste des grenouilles et de très beaux papillons. 🙂

Finalement, j’en ai trouvé une de moi dans la forêt de St Jean !

Le point couleur sur le bord du fleuve, non loin de l’office du tourisme est un lieu où on peut se poser en face du fleuve. C’est ventilé, on prend un verre de jus local, des lumpias, quelques brochettes, un bon livre et le tour est joué !

La Goélette

Ce superbe bateau transformé en restaurant vous accueille le midi et le soir. Le dimanche soir c’est ambiance live. Prendre un verre, danser un peu et grignoter entre amis ou en tête-à-tête c’est sympa.

Cocotation :

Faire un tour à Albina (Surinam)

2 euros la traversée, je répète 2 euros la traversée du fleuve PAS PLUS ! Tout est moins chers à Albina, denrées, vêtements etc.

Pas besoin de visa pour cette destination. Pour le reste du pays, le visa est obligatoire.

Albina
Rive d’Albina

Passer un week-end à Paramaribo, la capitale du surinam

Le tarif est de 20 euros par personne en taxi Albina-Paramaribo, PAS PLUS ! Un conseil, acceptez de changer vos euros en dollars surinamiens quand le chauffeur s’arrête en boutique un peu avant le pont qui mène à la ville. Le taux de change y est plus interessant. Essayez les « bus boite de nuit » c’est fun vous verrez !

Je ferai bientôt un petit article sur Paramaribo (comme celui à Montréal, Paris et celui à la Barbade… oui je sais, j’ai du retard !).

 

Maripa-Soula

Alors là, s’il vous plait allez-y au moins le temps d’un week-end ! C’est beau et bien sûr on y mange bien 😉

Traverser pour voir les commerce en face (Surinam) :

Manger Chez Maryse

Ici, un ragoût de boeuf et un gratin de papaye !

Cocotation :

Les chutes de Gobaya

Je n’ai pu compter le nombre de Morpho que j’ai vu… il y en avait tant ! J’avais l’impression d’être dans un monde enchanté. Voir des Morphos autrement qu’épinglé sur une toile, c’est inoubliable. C’est comme voir une licorne en vrai XD

La ville

En face, c’est le Surinam.
Le festival du pangui – ceux là sont brodés !
Fabrication artisanale de couac

 

Kourou

Assister au décollage d’une fusée.

Pour ma part, j’ai pu voir celui de la fusée Arianne. C’était un rêve d’enfant, je l’ai réalisé. J’étais hypnotisée, c’était magique.

 

Voilà ! Je n’ai pas tout mis, parce que c’est impossible. Au moment où j’écris, je peux vous dire que je suis déjà nostalgique de tout ces coins que j’ai partagé avec vous. Les souvenirs se bousculent dans ma mémoire… Je savais que ce voyage me changerait d’une certaine façon… et c’est vrai, la Guyane m’a offert plus que je ne l’espérais.

Merci à tout ceux et toutes celles qui ont croisé ma route. Ceux et celles qui d’une manière ou d’une autre m’ont touché. Sans vous, la Guyane n’aurait pas cette saveur si particulière de belle aventure.

Je me suis lancé un défit que j’ai relevé, j’ai pris des risques et j’en suis ravie.

Merci la Guyane <3

Psssiiiit ! Par ici Kokofiolo : si on aime, on partage !

2 pensées sur “Il était une fois, une antillaise en Guyane

  • 21 novembre 2018 à 12 h 24 min
    Permalink

    Aïe aïe aïe ça me tente d’y aller avec ma petite (la nourriture++++++, le paysage+++)

    Répondre
    • 21 novembre 2018 à 14 h 54 min
      Permalink

      Tu n’auras aucun regret ! Et comme je disais sur Insta, il manque BEAUCOUP de choses : le nom des populations présentes ici, les langues parlées, l’histoire des différentes ethnies, le traditionnel bami/nassi, faire un tour au marché aux poissons de St laurent pour y acheter du poisson du fleuve (en blaffe une tue-rie!), les îles du salut… bref, il faut y aller !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.